Une chanson douce de Leïla Slimani

Publié le par Mimi

Louise a mis de la musique... Elle a préparé des chansons et des tours de magie. Elle se déguise sous leurs yeux stupéfaits et les enfants, qui ne sont pourtant pas faciles à berner, savent qu'elle est des leurs.

Les petits sont morts. C'est Louise, leur nounou, qui les a tués. Que s'est-il passé ce beau jour de mai ? Pourquoi en est-elle arrivée là ?

 

 

Le drame, on le connaît depuis les premiers mots du texte. Il nous est décrit brutalement, dans toute sa violence. Ce qu'on ne connaît pas encore, c'est la personnalité de Louise.

Pourtant on sait d'elle qu'elle est quasiment parfaite : les enfants et leurs parents l'adorent, elle cuisine, range, fait le ménage à la perfection et tout cela sans une plainte, sans un mot plus haut que l'autre, sans compter son temps. C'est un petit bout de femme, pas plus haute que trois pommes, tirée à quatre épingles, propre et élégante, qui sent la poudre et le savon. C'est une personne qui devient vite indispensable et que pourtant on ne remarque pas ou à peine.

Alors, quoi ?

Quoi ? Et bien c'est tout le talent de Leila Slimani qui vous inocule dès le départ l'envie d'en savoir plus, de connaître les rouages qui ont poussé cette nounou vers l'instant fatidique, de tourner les pages de ce roman sombre et gluant de malaise...

Ce que j'ai aimé avant tout dans ce livre, c'est bien sûr l'étude psychologique des personnages. La nounou d'abord. L'auteure ne nous livre pas tous les aspects de la personnalité de Louise, elle nous offre des pans de sa vie et nous laisse nous forger notre propre ressenti. Peut-on comprendre le geste de Louise ? Je crois que chacun peut y trouver une réponse ou un début de réponse.
 

Plus les semaines passent et plus Louise excelle à devenir à la fois invisible et indispensable. Myriam ne l'appelle plus pour prévenir de ses retards et Mila ne demande plus quand rentrera maman. Louise est là, tenant à bout de bras cet édifice fragile...
On la regarde et on ne la voit pas. Elle est une présence intime mais jamais familière. Elle arrive de plus en plus tôt, part de plus en plus tard.

J'ai aimé aussi le regard posé sur toutes ces nounous étrangères venues, de pays voisins, chercher l'Eldorado en France et qui se retrouvent contraintes d'exercer ce métier pour survivre. Beaucoup d'amour donné en échange d'un emploi du temps chargé et souvent à rallonge. Pas d'apitoiement sur elles, mais un regard franc sur leurs conditions de vie.

Autour du toboggan et du bac à sable résonnent des notes de baoulé, de diola, d'arabe et d'hindi, des mots d'amour sont prononcés en Filipino ou en russe. Des langues du bout du monde contaminent le babil des enfants qui en apprennent des bribes que leurs parents enchantés, leur font répéter... Puis avec les années, les enfants oublient et tandis que s'effacent le visage et la voix de la nounou à présent disparue, plus personne dans la maison ne se souvient de la façon de dire "maman" en lingala ou du nom de ces repas exotiques que la gentille nounou préparait.

Enfin, j'ai aussi apprécié l'étude de la condition féminine à travers le personnage de Myriam, la mère, tiraillée entre l'amour de ses enfants et son envie de réussir dans son métier. Elle désire, comme presque chacune d'entre nous, être appréciée et reconnue en tant que femme et non plus seulement en tant que mère.
Quant au père, on sent bien qu'il n'entre pas vraiment en jeu dans l'éducation des enfants. Ses seules questions concernant la nounou, sont d'ordre financier.

Alors oui, ce couple se satisfait de la présence de Louise, efficace, dynamique, et surtout disponible. Toutes les qualités de la nounou permettent à Myriam et son mari de vivre intensément leur métier et leur vie de couple. C'est tellement facile de ne pas se poser de questions sur les autres, de fermer les yeux, de ne pas vouloir voir. Et c'est bien là le reflet de notre société actuelle, son individualisme, qui est également décrié dans ce roman.

C'est pour toutes ces raisons là que je trouve ce roman très bon et qu'il mérite bien son prix Goncourt : il est la peinture exacte de notre temps.

 

Maintenant tout ceci n'est que mon humble avis. Si vous voulez vous forger votre propre opinion, je vous invite à lire le ressenti d'Audrey ici.

 

Dans son petit carnet à la couverture fleurie, elle a noté le terme qu'ait utilisé un médecin de l'hôpital Henri-Mondor. "Mélancolie délirante". Louise avait trouvé ça beau et dans sa tristesse s'était subitement introduite une touche de poésie, une évasion.

Publié dans Livres

Commenter cet article

écureuil bleu 11/01/2017 20:08

J'ai beaucoup aimé ce livre moi aussi et en ai parlé ici si ça t'intéresse : http://www.unebonnenouvelleparjour.com/2016/12/chanson-douce-un-livre-captivant-impossible-a-lacher.html. Je trouve aussi que le Goncourt est bien mérité. Je vais lire la critique d'Audrey. Bonne soirée

Mimi 11/01/2017 22:56

Merci de l'info. Je cours y jeter un coup d'œil...

Audrey - Que Lire ? 08/01/2017 11:44

Cette nounou m'a glacé le sang.... Nos avis divergent un peu pour une fois et c'est très bien !

Mimi 08/01/2017 13:25

C'est très bien de confronter ses ressentis. On perçoit ce que d'autres expriment et qu'on avait pas soi-même relevé. Et quelquefois on passe même à côté d'éléments qui changent carrément notre façon d'aborder la lecture...

Cécile 05/01/2017 14:39

J'ai très envie de lire ce livre que j'ai repéré depuis un certain temps. Ton avis me conforte dans cette envie! Merci!

Mimi 05/01/2017 16:23

Alors pour moi, c'est un challenge réussi !

L'Espigaou 04/01/2017 11:29

Je l'ai lu il y a quelques temps.
Et comme toi j'ai beaucoup aimé l'étude psychologique des personnages.
C'est un livre que je recommanderai de lire.
Passe une belle journée
Bisous
Maryse

Mimi 04/01/2017 18:32

Moi aussi, je le conseille volontiers à tout le monde. La, c'est ma sœur que me l'avait proposé et ce fut une belle lecture.

Quichottine 04/01/2017 00:20

Je ne l'ai pas lu... mais j'ai déjà vu d'autres billets qui en parlaient.
Merci pour ton impression.
Je l'ai noté, je ne sais pas quand je le lirai.
Bisous et douce soirée.

Mimi 04/01/2017 08:50

C'est un très beau roman qui observe et détaille plusieurs centres d'intérêt et de réflexions.