Poésies II de Federico Garcia Lorca

Publié le par Mimi

Poésies II de Federico Garcia Lorca

Je viens de terminer le recueil de Poésies II (Chansons, Poèmes du Cante Jondo, Romancero gitan) de cet auteur espagnol qu'est Federico Garcia Lorca. Pour moi, c'était une première découverte de ce poète.

Tu voulais que je te dise
le secret du renouveau.
Mais je garde le secret
tout autant que le sapin.

Arbre dont les mille doigts
indiquent mille chemins.

(Extrait du poème Idylle)

Dans l'ensemble j'ai beaucoup aimé ses textes, tout au moins la traduction. Pour moi qui n'ai jamais fait d'espagnol, il m'a manqué parfois la sonorité de cette langue rapide, sonnante et parfois chuintante. J'avais l'impression d'entendre de temps à autre le claquement des talons du flamenco, la fluidité du Guadalquivir, l'engouement des Espagnols dans l'arène et ce mot d'encouragement lancé au torero, olé !
A d'autres moments, j'ai senti la caresse d'un haïku, surprenant n'est-ce pas ? Des couleurs me sont restées aussi, le vert en particulier pour la première partie, le gris et le noir pour les deux autres.
La variété des thèmes est en plus très intéressante : l'amour, l'absence, la campagne, la ville, le gitan, la mort... Il y a de la joie un peu, mais beaucoup plus
de la nostalgie, de la tristesse et de la tragédie dans les textes de Lorca.

Ah, qu'il me coûte de peine
à te laisser partir, ô jour !
Tu t'en vas rempli de moi
et reviens sans me connaître.

(Extrait de " chanson du jour qui s'en va ")

Oui mon ressenti général est très positif (surtout pour la première partie dont les thèmes sont plus légers), même si quelques textes me sont demeurés hermétiques...
Il me reste encore à faire la connaissance de cet auteur à travers le théâtre. Je crois que je commencerais avec "la maison de Bernarda Alba".

Les six cordes

La guitare
fait pleurer les songes.
Le sanglot des âmes
perdues
s'échappe par sa bouche
ronde.

Et comme la tarentule
elle tisse une grande étoile
pour chasser les soupirs
qui flottent dans sa noire
citerne de bois.

Publié dans Livres

Commenter cet article

Mon arbre aux violettes 18/09/2016 20:27

De bien jolis textes en effet. Lire de la poésie, ce n'est pas toujours ce que l'on fait naturellement, à tort je pense. En tout cas, cette lecture t'as bien inspirée, je trouves que le commentaire que tu en fais est superbe !!! bises

Mimi 18/09/2016 20:47

Merci Chris ! D'aussi loin que je me souvienne, j'ai toujours lu de la poésie. J'adorais en cours lire à haute voix ou réciter des vers. Ce que je fais encore chez moi ou avec mon groupe de lecture. C'est délectable ! Une vraie gourmandise !

Dalva 17/09/2016 18:10

J'ai étudié cet auteur en cours d'espagnol, au lycée, et j'aimais beaucoup même si mon espagnol était très pauvre.
Tu en parles très joliment.

Mimi 17/09/2016 19:09

Merci ! Peut-être que tes souvenirs de lycée te permettront de nous livrer une petite histoire dont tu as le secret...

Maryline 16/09/2016 11:08

Je connais peu ses poèmes mais j'ai étudié la maison de Bernarda Alba pendant mes études d'espagnol.... hace mucho tiempo!
bonne journée!
Maryline

Mimi 16/09/2016 11:30

je pense que tous ceux qui ont étudié l'espagnol, ont dû aborder les textes de ce grand auteur... Bonne journée également.

lemenuisiart 15/09/2016 19:24

Il doit être bien ce livre

Mimi 15/09/2016 19:48

Les thèmes sont assez sombres mais l'ensemble m'a plu...

Bernieshoot 15/09/2016 17:42

un recueil de poèmes qui a l'air parfait dans son style, qui a traduit ?

Mimi 15/09/2016 19:47

La traduction est de À BELAMICH, F DARMANGEAT, J SUPERVIELLE et J PRÉVOST. À part Supervielle, les autres me sont inconnus. Quant à l'édition, c'est celle de Poésie chez Gallimard (nrf), un gage de qualité pour moi quand il s'agit de poésie.
À bientôt Bernie !