J'aimais mieux quand c'était toi de Veronique Olmi

Publié le par Mimi

Elle est actrice et joue le rôle de la mère dans la pièce de Pirandello, Six personnages en quête d'auteur...
Mais au moment où débute le récit, Nelly est assise sur un banc, gare de l'Est à Paris. Elle semble perdue, anéantie, effarée. Mais Nelly parle et se confie...
Petit à petit et au fur et à mesure que la pièce se répète et se joue, nous allons comprendre ce cheminement qui l'a poussée jusqu'à cet endroit.

 

Mais comment font les autres ? Ceux qui sont assurés de ne jamais passer la nuit sur ce banc ? Ceux qui depuis des dizaines d'années en chapelet attendent de l'autre simplement ce qu'il peut donner ? Ils sont patients et vivent chichement selon une loi infaillible : avec le temps, à défaut de s'aimer, on s'attache. En récompense de tant de patience et de compromis, de tant d'efforts et de mansuétude, un jour lointain on est indispensable à l'autre sans l'avoir aimé jamais.
On accepte le second rôle.
Ce rabaissement.

La construction et l'écriture de ce roman sont remarquables. Nous passons des émotions et souvenirs de la comédienne pour son rôle aux émotions et souvenirs de la femme et mère de famille qu'est Nelly. Mais parfois émotions et souvenirs se mélangent, se bousculent, se distendent pour de nouveau se confondre. Pourquoi ? Pour qui ? Quelle force pousse Nelly à endosser chaque rôle, à sublimer chaque personnage puis à accepter chaque mort ?

Un jour on ne connaît pas un homme. Et le lendemain, subitement, on le connaît. Subitement, en une seconde on le voit et on apprend son prénom, on découvre son visage er après il est trop tard pour oublier cela que l’on nomme « faire connaissance » de quelqu’un. « Défaire la connaissance » est impossible. Et c’est là qu’elle prend toute sa place. La douleur. Elle s’installe sans qu’on s’en doute, au premier regard, et simplement elle attend son tour, elle a l’habitude. Elle est toujours l’invitée de la dernière heure. La souffrance liée à l’impossibilité de l’amnésie, la souffrance, main géante qui vous tient et hésite. Vous asphyxier lentement ou vous broyer d’un seul geste.

L'atmosphère du théâtre est rendue dans sa plus juste vérité. La vie de Nelly tourne autour de son métier, que ce soit avant, pendant ou après le jeu sur scène. L'écriture est froide mais directe. Les phrases sont courtes et percutantes. Les chapitres se succèdent comme autant de petites scènes.
Un beau monologue de théâtre sur la souffrance, la détresse, l'amour, la passion.
Un très beau rôle de femme.

J'ai quitté ce roman exaltant avec beaucoup de regret. J'ai quitté Nelly, inquiète de son devenir...

J'ai été le but. Le manque et le comblement. Le moteur et l'espoir. La mesure et le réveil. J'ai été celle que l'on choisit, que l'on attend, j'ai été une lumière aveuglante un corps indispensable un rafraîchissement une récréation un objet de jouissance un déchirement perpétuel un grain de sable un empêchement un gros problème un poids une tombe une sorcière une pierre autour du cou un suicide programmé.
J'ai été l'impossible.
Et le désastre.
Et un jour, je n'ai plus joué aucun de ces rôles.

Publié dans Livres

Commenter cet article

écureuil bleu 09/11/2016 10:45

Bonjour Mimi. Je n'ai pas lu ce livre et ce que tu en dis me donne envie de le faire. J'aime beaucoup le dernier extrait. Bonne journée

Dalva 06/11/2016 11:00

Tout d'abord, je voudrais t'avertir que si je tape sur ton pseudo, dans les commentaires de mon blog, je tombe sur une page où il est écrit "site inaccessible" et, en effet, overblog est écrit "overbloog".
Sinon, je note ce livre dans mon fichier "idées de lecture" en espérant qu'il sera à la bibliothèque. J'aime beaucoup cet auteur et j'ai aussi lu la pièce de Pirandello.

Mimi 06/11/2016 20:22

L'erreur est de mon fait, je n'ai pas vérifié l'adresse en l'inscrivant trop vite. Cela dit, je suis ravie que tu notes ce livre sur tes tablettes. Il m'a tellement plu que j'aimerais qu'il en soit ainsi pour tout le monde...

lemenuisiart 04/11/2016 19:18

La couverture est magnifique en tout cas

Mimi 06/11/2016 20:22

Bon, c'est déjà ça !

victoria lynn 04/11/2016 13:52

ces extraits sont superbes, réels , bien pensés, bien écrits ; merci pour la découverte, bisous

Mimi 04/11/2016 16:36

Avec plaisir Victoria, j'aime partager mes coups de coeur et celui-là en est un !

Petite soeur 04/11/2016 11:53

Mimi tu m as donné l envie de découvrir ce livre. Bisous

Mimi 04/11/2016 12:28

Je te le mets de côté. Bisous