Il ne faut pas parler dans l'ascenseur de Martin Michaud

Publié le par Mimi

Je devais avoir six ans et j'accompagnais mon père à son bureau lorsque j'en ai pris conscience pour la première fois : non seulement les gens évitaient soigneusement de se regarder entre eux, mais il régnait aussi, dans la cage d'acier bondée qui nous trimballait d'un étage à l'autre, un silence quasi funéraire, malsain et angoissé.

L'enquêteur de police Lessard a du pain sur la planche. Deux crimes viennent d'être commis (à un jour d'intervalle mais avec le même modus operandi) dans Montréal et une jeune femme blessée lors d'un accident de voiture, qui semble intentionnel, a disparu...

 

 

Chacun paie pour ses fautes, dit le tueur d'une voix ténue, frôlant la compassion.

Ce sont trois destins différents (et de nombreux autres personnages) que nous suivons au cours de cette lecture. Le découpage en chapitres courts permet de poser une à une les pièces du puzzle et d'avancer à petits pas dans l'enquête. Certains chapitres sont réservés au tueur qui nous met donc dans la confidence de ses actes, c'est plutôt original et assez troublant.

Même si le début est un peu déroutant, j'ai eu du mal à me situer dans l'espace temps (mais au final j'ai adoré la proposition de l'auteur), je me suis laissée facilement piégée par l'atmosphère presque irréelle qui entoure Simone Fortin (la jeune femme accidentée) et j'ai tourné rapidement les pages de ce roman canadien.

Enfin, si j'ai été un peu agacée par le personnage de l'inspecteur de police, en crise avec la hiérarchie, divorcé, ancien alcoolique, j'ai vite oublié ce petit côté stéréotypé car l'essentiel est ailleurs. Et puis, il paraît que les suites des aventures de cet enquêteur lui redonnent du corps. Alors pour le premier de la série, je veux bien pardonner à l'auteur ce "déjà vu". Et puis, ce petit défaut est largement compensé par l'humanité de Victor Lessard  qui avance à tâtons dans son enquête en se posant mille questions et en mettant toujours en doute ses hypothèses. Pas de super-héros donc, mais un personnage posé et sympathique.

Au final, une belle lecture qui appelle à découvrir les autres tomes de la série.

 

🎶🎶🎶 Je reviendrai à Montréal
Visiter le cimetière Notre Dame des Neiges...

Un cimetière est comme une immense bibliothèque. Chaque tombe abrite l'histoire unique d'une personne.

Publié dans Livres

Commenter cet article

Pouet 28/12/2016 22:13

Voilà qui changera des Harlan Coben que j'ai pour la plupart lus... merci Mimi et bonnes fêtes :)

Mimi 29/12/2016 12:07

Alors, bon vent !

Pouet 29/12/2016 12:00

C'est vrai que je suis aussi un peu lassée... Myrion (si je me souviens bien) n'est pas super attachant. Les histoires finissent par se ressembler. Il est tant que souffle le vent du changement sur mes lectures !

Mimi 28/12/2016 22:43

Pour ma part, j'ai délaissé Harlan Coben depuis quelques temps. Je ne me passionnais plus pour ces romans plus assez prenants à mon goût.

Caroline 27/12/2016 22:25

J'ai celui-là dans ma PAL et j'ai chroniqué le tome 4 il y a quelques temps ( je ne fais jamais rien dans l'ordre mdr )

Mimi 27/12/2016 22:50

Apparemment cela ne pose pas de problème puisque les enquêtes sont indépendantes, seul le personnage de Lessard sert de fil conducteur.

Bernieshoot 27/12/2016 21:41

j'ai lu toute la série, je suis fan de Martin Michaud

Mimi 27/12/2016 22:50

Je comprends !

lemenuisiart 27/12/2016 20:00

pas la période pour moi, mais bon pourquoi pas quand on aime ce style

Mimi 27/12/2016 22:53

Quant à moi, c'est un genre de roman que je prends de plus en plus plaisir à lire.

CathyRose 27/12/2016 18:49

Si j'adore les séries policières télévisées ... je n'ai lu aucun livre policier, il faudrait peut-être que je m'y mette !
Belle soirée, bisous !
Cathy

Mimi 27/12/2016 19:13

Alors pour commencer, celui-là n'est pas mal du tout. Et avoir pour décor Montréal, c'est très sympa...