Au fond de l'eau de Paula Hawkins

Publié le par Mimi

Il est des personnes qui sont attirées par l’eau, des personnes qui entretiennent avec elle un rapport presque primal. Je crois en faire partie.

J'ai eu beaucoup de mal à entrer dans ce roman choral. Peut-être justement à cause des interventions multiples des personnages...

Au fond de l'eau, une vraie pataugeoire dans laquelle chacun vient y faire des remous pour en troubler le fond. On croit apercevoir la vérité et on veut s'en saisir, mais pschitt elle vous glisse entre les doigts. Et quand enfin tout se calme, il faut bien reconnaître que dans l'eau du bassin des Noyées l'onde n'est pas transparente ainsi qu'aux plus beaux jours.

Julia n'a pas revu sa sœur Nel depuis des années, ni répondu à ses nombreux messages téléphoniques. Elle n'est jamais revenue non plus sur les lieux de leur enfance. Aussi quand elle apprend que le corps de celle-ci a été retrouvé au bord de la rivière (un suicide ?), elle est effrayée à double raison de retourner là-bas. À cela s'ajoute encore  l'angoisse de rencontrer pour la première fois sa nièce, Léna, âgée de quinze ans...

 

Je voulais qu'on me laisse tranquille mais tu n'étais pas d'accord. Dix fois par mois ou deux fois par an, tu m'appelais, et tu me perturbais, tu me déstabilisais, tu me bouleversais. Comme toujours, en fin de compte, car ce n'était que la version adulte de tes jeux d'autrefois. Et tout ce temps-là, moi, j'attendais, j'attendais l'appel auquel je pourrais enfin répondre, celui où tu m'expliquerais pourquoi tu avais agi ainsi quand nous étions plus jeunes, comment tu avais pu me faire tant de mal, comment tu avais pu ne rien faire pendant qu'on me faisait du mal.

Paula Hawkins a le don de vous raconter des histoires tourmentées en prenant comme décor un lieu bien précis. Après celui du train, elle nous immerge (bon facile, mais pourquoi se priver ?!) dans la rivière Beckford, une rivière maudite dans laquelle des femmes viennent se jeter pour en finir avec la vie, le malheur, le désespoir... Une histoire tourmentée dans laquelle les personnages féminins sont nombreux et les liens du passé importants. Les personnages sont particulièrement bien travaillés et on plonge dans la rivière comme dans l'âme de ceux-ci, non pas avec délice, mais appréhension.

Un bon roman mais qui perd de sa fluidité (restons dans le liquide SVP !) à cause de trop nombreux personnages.

Roman traduit de l'anglais par Corinne Daniellot et Pierre Szczeciner

Publié dans Livres

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Pouet 18/08/2017 11:32

Je suis mitigée sur ton retour sur ce livre, Mimi... ça ne me dit rien qui vaille, si ?!
Bonne journée !

Mimi 19/08/2017 10:24

Ai-je donc été si négative dans mes propos pour vous donner cette impression d'enlisement ? Je le répète pourtant, c'est un bon roman, on patauge au début et ensuite ça va mieux...

chemindetables 17/08/2017 13:58

je viens seulement de lire dernièrement la fille du train, je ne connais pas ce roman mais vu ce que tu nous en dit pour la complexité de nombreux personnages ça ne me donne pas très envie de le lire même si c'est surement très bien
bises
patricia

Mimi 17/08/2017 17:27

Oui, au début il faut une bonne attention pour relier les personnages entre eux... après heureusement ça coule de source !

Thaddée 13/08/2017 14:30

Relations tourmentées qui me renvoient à ma propre histoire ... Bon dimanche Mimi, bisou !

écureuil bleu 13/08/2017 10:43

Merci Mimi pour cette belle chronique. Je le lirai peut-être si "La fille du train" me plait. Bon dimanche !

Mimi 13/08/2017 11:42

La fille du train m'avait bien plu aussi... Pas des coups de cœur mais du bon travail avec des intrigues bien ficelées et des études de personnages bien exploitées.

Caroline 12/08/2017 20:48

Le passage que tu as mis est quand même bien intriguant :p

Mimi 13/08/2017 08:52

Mais c'est un bon roman, seulement il faut jongler avec tous les personnages et le temps de les apprivoiser, moi ça m'a agacée. J'ai l'habitude de lire des romans aux multiples personnages mais là, la construction du roman ne permettait pas une approche rapide pour faire le lien entre tous (du moins pour moi)...