Toute ma vie sera mensonge d'Henri Troyat

Publié le par Mimi

Toute ma vie sera mensonge d'Henri Troyat

Paris, 1944.

Le narrateur est un jeune homme de dix-sept ans, falot, sans contour, sans personnalité. Il se laisse vivre sans se poser de questions du moment qu'il se sent bien. Et pourtant ! Pourtant cette guerre devrait l'émouvoir, le révolter, mais non rien. Il ne lui manque rien : il poursuit ses cours sans véritable passion, il mange à sa faim grâce au restaurant de ses parents bien approvisionné en produits et en clients allemands. Il va au cinéma, voit ses amis, écrit des poèmes, seule activité valable à ses yeux.

La traque des Juifs me révolte. Je constate que j'ai la chance insolente d'être ce que l'on nomme un Aryen. On ne choisit pas : on naît blond ou brun, fille ou garçon, aryen ou juif... Il faut être du bon côté, voilà tout. Moi, je suis du côté de l'obéissance, du bifteck et du Christ. D'autres sont du côté de la résistance, des tickets et de la Thora. Est-ce ma faute si tout va bien pour moi ?

Mais surtout Vincent vit dans l'ombre de sa sœur qu'il admire. Et quand celle-ci lui propose de venir passer quelques jours chez elle et donc de s'éloigner de ses parents, c'est le bonheur total. Mais ce bonheur va être troublé par Hervé, l'amoureux de Valérie. Et puis Vincent commettra une faute envers lui, envers elle et sa vie en sera à jamais bouleversée...

Cette fois, le doute n'est plus permis, elle trafique dans la Résistance. Par amour pour Hervé plus que par conviction. Son patriotisme a une forte odeur de lit...
C'est la première fois que je découvre entre elle et moi un secret aussi grave. Nos vies s'écartent. Nous ne respirons plus le même univers. Vivement que ce tohu-bohu s'apaise, qu'on en finisse avec la division fratricide entre collabos et résistants, qu'on remette ses pas dans les traces anciennes. Je hais les évènements historiques. J'aime les habitudes.

C'est un roman très court qui se lit facilement. L'écriture est propre, presque sans relief. Par contre la description de Paris et de ses habitants sous l'Occupation est riche d'enseignements.

Un livre qui aurait toute sa place dans les bibliothèques de collège et lycée pour aborder cette difficile période historique.

Publié dans Livres

Commenter cet article

Pouet 19/06/2016 11:06

Merci Mimi pour ce livre que je compte lire un de ces quatre... !

yannn 18/06/2016 07:32

Coucou;
le facteur est passé hier ....... Et j'ai eu une énorme surprise.
Bon, le paquet, je ne l'ai pas ouvert comme il aurait fallu.
Du coup, j'ai vu le cadeau avant d'avoir lu ta lettre, ton message.
Et là, un mot à compléter ......... SOLEX .......... Et sa solexine.
Mais comment as tu su?
Le cadeau, don de toi, est particulièrement bien ciblé.
Et pour les autres découvreurs de ta devinette, il doit en être de même.
Tous un cadeau, là, tu as fait très très fort.
Mille merci, tu as tenu parole et bien plus, tu es maintenant associée à une de mes mùadleines de Proust, ce vélo motorisé, qui a accompagné mon adolescence.
Merci, et encore merci.
A très bientôt. yann

Mimi 18/06/2016 10:23

Je crois Yann que nous avons tous un petit vélo dans la tête, mais un petit vélo qui nous permet de rêver encore et encore. Belle journée !

manou 18/06/2016 07:21

Et oui tu as tout à fait raison, Troyat fait partie des classiques ! Mais celui-ci je ne l'ai jamais lu.
C'est vrai ! Bises et à bientôt

CathyRose 18/06/2016 06:58

J'ai lu pas mal de choses d'Henri Troyat, c'est un auteur que j'aime beaucoup, mais celui-là je ne le connaissais pas, merci de me l'avoir fait découvrir !
Excellent week-end !
Cathy

lemenuisiart 17/06/2016 19:29

Un bon sujet