Toute une vie d'humanitaire, 50 ans de terrain d'un médecin-carnettiste de Pascal Grellety Bisviel et Sophie Bocquillon

Publié le par Mimi

Toute une vie d'humanitaire, 50 ans de terrain d'un médecin-carnettiste de Pascal Grellety Bisviel et Sophie Bocquillon

Être médecin est déjà un sacerdoce, mais être médecin humanitaire est un don de soi. Pascal Grellety Bosviel fait partie de ces médecins qui ont consacré leur vie aux autres. Son métier, il l'exerce sur le terrain, quand les conflits menacent ou éclatent, quand la population est victime de terreurs, de maladies, de guerres.

Son service militaire, effectué en tant qu'appelé du contingent en Algérie, est certainement le déclencheur de son engagement : "faire de la médecine de terrain, de la chirurgie de guerre, être auprès des victimes, là où ça se passe."

Ensuite ses missions s'enchaînent et leur liste est longue, très longue : Yémen, Vietnam, Liban, Cambodge... Leur durée variable. Il a travaillé pour de nombreuses instances, mais en particulier pour la Croix Rouge. Il est à l'origine (avec douze autres médecins) de la création de Médecins Sans Frontière, après son passage au Biafra (1968) quand le monde entier a découvert les conditions inhumaines dans lesquelles vivait la population.

Donner, mais pas n'importe comment.
Dans beaucoup de sociétés, si l'on fait un cadeau à une personne, on l'oblige. Et si elle ne peut faire un cadeau en retour, elle se sent offensée. Quand on donne à un homme qui ne possède rien, on doit trouver un moyen pour qu'il puisse faire un "contre-don" à sa manière. Au Kerala, lorsque je donnais une machine à coudre a une Indienne pour qu'elle puisse gagner sa vie, je lui demandais de me rembourser en me confectionnant quinze saris. Elle avait le sentiment de payer sa machine, même si ce qu'elle remboursait n'était qu'une infime partie du prix réel.

À chaque fois, il a été surpris par la présence des enfants murés dans leur silence, le regard vide et comme absents au moment présent, au-delà de l'horreur et de la souffrance. À chaque fois, il a essayé d'entrer en contact avec eux avec des moyens très simples : colorer les murs des orphelinats ou dispensaires pour stimuler leur esprit, apporter des crayons et du papier pour qu'ils puissent s'exprimer en dessinant (s'il te plait dessine-moi la guerre), fabriquer des animaux en origami pour raconter des histoires. Casser le barrage de la langue, éloigner la peur...

Parfois, il a dû revêtir le costume local pour être accepté des habitants ou faire appel à des infirmières pour tenter de soigner des femmes par personne interposée.

Rien n'a été simple, mais il a toujours essayé de tirer des enseignements de ce qu'il a vécu, de briser la distance avec la population, de s'adapter à celle-ci, de prendre conscience de ses coutumes et traditions, de soigner avec les moyens du bord afin que les soignants sur place puissent continuer, après son départ, ce qu'il avait entrepris...

Outre ses multiples qualités humaines, ce french doctor a aussi témoigné par ses dessins. Ce livre, hommage à son parcours, est aussi un remarquable carnet de voyage où sont retranscris une partie de ses notes et dessins. Ses propos sont truffés d'anecdotes car Pascal s'intéresse aussi à la vie des gens qu'il soigne.

"Pour les Indonésiens, la nudité et le koteka (étuis péniens) des Papous sont des obstacles à leur intégration. Pour y remédier, ils font survoler les villages par des avions qui larguent vêtements et soutiens-gorge."

Ce besoin de dessiner était pour lui un exutoire. C'est en dessinant qu'il évacuait ce qu'il avait vécu dans la journée et c'est en dessinant qu'il puisait sa force de continuer.

Toute une vie d'humanitaire, 50 ans de terrain d'un médecin-carnettiste de Pascal Grellety Bisviel et Sophie BocquillonToute une vie d'humanitaire, 50 ans de terrain d'un médecin-carnettiste de Pascal Grellety Bisviel et Sophie BocquillonToute une vie d'humanitaire, 50 ans de terrain d'un médecin-carnettiste de Pascal Grellety Bisviel et Sophie Bocquillon

Ses propos ont été recueillis par la journaliste Sophie Bocquillon et jamais ils ne comportent de surenchère, ni de faire-valoir, mais sont emplis d'une grande humilité. J'ai été absolument conquise par ce médecin qui a partagé 50 ans de sa vie avec des populations en détresse, tout en restant d'une grande discrétion et d'une grande efficacité.

Je suis passionné par tout ce qui peut contribuer à recueillir la mémoire des peuples, surtout ceux qui vont disparaître ou être oubliés. Nous vivons depuis plusieurs décennies une uniformisation totale de toutes les ethnies, assimilées, occidentalisées. Le monde qui vient sera triste, avec les mêmes boutiques, les mêmes habitations, les mêmes vêtements partout, c'est très anxiogène pour moi. Témoigner sur ces peuples qui s'éteignent, c'est comme écouter les dernières paroles d'un mourant. C'est leur dire : je vous soigne, oui, mais je suis aussi là pour dire ce que vous êtes, ce que vous avez vécu, parler en votre nom.

Publié dans Livres

Commenter cet article

Nell 17/05/2016 15:59

C'est un bel hommage rendu à toutes ces femmes, ces hommes, qui sont sur le terrain en travaillant, en œuvrant souvent au péril de leur vie. Ce livre doit-être bouleversant. Un grand merci, Mimi, de nous le faire connaître. Gros bisous

Nassydz 17/05/2016 14:10

Très beau témoignage sur l'humanité. Les deux citations me plaisent beaucoup. Bonne journée. Nassy

manou 17/05/2016 09:45

Tes propos me touchent beaucoup et les extraits de ce livre que tu nous dévoiles sont criants de réalisme. Un livre que je note et que je lirai sans nul doute. Parce qu'ils veulent exercer dans l'ombre, on oublie trop souvent de parler de ceux là même qui sont sur le terrain tous les jours pour sauver des vies...
Merci Mimi pour ce partage. Je n'avais pas du tout entendu parler de ce livre.

Didier 17/05/2016 08:08

J'exerce aussi sur le terrain et je confirme, c'est très dur

missfujii. 17/05/2016 07:07

Un livre qui va beaucoup m’intéresser, je me suis toujours dit que je finirais ma vie dans l'humanitaire !

Mimi 17/05/2016 07:49

Oui c'est un livre dans lequel tu trouveras forcement des liens avec ton métier actuel, centré sur les autres...