La grande bleue de Nahalie Démoulin

Publié le par Mimi

La grande bleue de Nahalie Démoulin

Marie a dix-sept ans quand elle rencontre Michel. Marie a deux enfants quand elle a vingt ans. Elle a quitté l'école car elle voulait quitter la campagne, vivre, être indépendante, travailler. Comme sa copine Delphine. Mais Marie ne savait pas que la vie allait la rattraper avec son cortège de désillusions.

Marie avait besoin de se libérer de sa famille. La petite dernière de huit enfants, conçue bien après, sur le tard, par accident. Une famille étouffante avec des parents âgés, craintifs et un frère presque fou, délirant depuis son retour d'Algérie. Une guerre dont il ne veut pas parler, mais qui le fait crier la nuit, le jour...

La vie pour Marie, c'était ce carré bleu qu'elle avait aperçu en regardant un film : la mer, la Méditerranée. Elle croyait pouvoir vivre sous le soleil, heureuse, amoureuse. Marie est rêveuse.

Elle ne rêve plus que de ça, partir en vacances sur la Côte d'Azur, bouger dans cette lumière, elle ne serait plus la même, non ce n'est pas possible, elle ne serait plus la même...

Pourtant Marie, petit à petit, va apprendre, comprendre, mettre des distances avec ce qu'elle ne veut plus. Elle va prendre conscience de sa condition féminine, construire et choisir librement sa vie.

Un très beau roman qui nous plonge dans les années 70. Le cadre a pour région la Franche-Comté. L'histoire de Marie est reliée aux événements de l'époque : les grèves chez Peugeot, celles de chez Lipp, le travail en usine, les luttes syndicales, la vie en HLM, la libération de la femme avec l'arrivée de la pilule contraceptive...

Le personnage de Marie est très attachant. Sous son apparente docilité et son conformisme, Marie continue sa vie, poursuit ses rêves et on a plaisir à l'accompagner pendant les dix ans que l'on partage avec elle.

L'écriture de Nathalie Démoulin est juste, sensible et sincère. De plus, son roman est très bien servi par son admirable travail de documentation.

Et de ce monde elles ne savent rien, sauf qu'il sera déraciné, déraciné des villages d'où elles viennent, ceux des bords de rivières et ceux des lisières de forêt, où les toilettes s'abaissent si près de la terre qu'on a l'impression d'être à genoux, dans l'odeur des étables.

Publié dans Livres

Commenter cet article

titoulematou 19/06/2016 12:50

bien tentant!!!

manou 04/06/2016 07:16

Un roman qui ne manquera pas de nous rappeler notre propre jeunesse. Je n'ai jamais rien lu de cet auteur et tu me donnes envie de le faire...Merci Mimi !

Nell 27/05/2016 19:58

Je pense que c'est un livre que je lirai avec beaucoup de plaisir. Je note pour l'instant. Passe un très agréable week-end, Mimi.

missfujii. 27/05/2016 11:08

Tu m'as donné très envie de lire ce roman Mimi

celinette82 27/05/2016 09:52

C'est le genre de livre que j 'aimerai ;)