Apaise le temps de Michel Quint

Publié le

Relier, c'est bien, ça parle des gens et des livres qu'on relie, qu'on relit.

Apaise le temps de Michel Quint

J'aime l'écriture de Michel Quint. Certaines de ses phrases me trouent l'âme et me transpercent le cœur. Des bouts de phrases ou des phrases complètes comme : un hiver de diamant ou bien : Bien sûr, il va falloir continuer à vivre à contre-jour, regarder les fantômes en face. Mais ensemble. Moi, ça me bouleverse. Et que dire de ses personnages, sinon qu'ils sont sublimes d'humanité.

Des petites gens touchées par l'Histoire de près ou de loin, essaient de vivre, de se construire ou de se retrouver. Au cœur de Roubaix, cité jadis prospère grâce à ses industries textiles, une petite librairie et sa propriétaire se meurent. Ce n'était pas seulement un lieu pour la lecture, c'était aussi un lieu d'espoir, d'entraide. Alors quoi ? Faut-il tout laisser tomber et baisser les bras ? N'y aurait-il personne pour relever le défi ? Abdel Duponchelle, né de parents aux cultures différentes mais unis par l'amour, est désigné d'office légataire universel. C'est grâce à Yvonne, la libraire, qu'il est entré en littérature, lui l'Arabe blond, rejeté par les uns et par les autres. C'est grâce à Yvonne qu'il est maintenant professeur agrégé de lettres. Mais reprendre une librairie au bord de la faillite quand tout se meurt autour de soi, quand la culture est dictée par des émissions de télévision débilitantes, quand le chômage rode, quand le racisme est latent ainsi que la haine, est-ce bien raisonnable ?

Ici penser est une faute, un oubli de l'instinct de survie.

Dans ce petit livre, Michel Quint fait encore une fois mouche. Peu de pages mais des thèmes essentiels : guerre d'Algérie, ville en perdition, cohabitation difficile, illettrisme, racisme... Michel Quint n'en finit pas de revenir au passé pour expliquer le présent.

Qui est-on sans les autres ? Et pourquoi au lieu de s'entretuer, on ne s'entraiderait pas ? Illusion, naïveté, utopie ? J'm'en fous, moi je veux y croire. Moi, j'veux du bonheur. J'veux des belles histoires, de la solidarité, du rire, des larmes de joie. J'veux des histoires d'hommes et de femmes qui luttent pour s'en sortir, qui refusent la fatalité, qui croient en l'avenir et surtout qui croient aux autres.

Alors, des mots de Michel Quint, j'en veux encore l

Yvonne a également hérité de l'officieux fonds social de son père qui partageait ses enthousiasmes de lecture avec les clients pour combattre l'analphabétisme, l'illettrisme, enchanter le monde et faciliter l'intégration des polacks, espingouins, portos, macaronis, niakoués, bicots et bougnoules. Oui monsieur faut pas avoir peur des mots, les gros il faut les convoquer, les regarder en face et leur faire honte en public. Après ils maigrissent, se refont une beauté, retrouvent une dignité : le melon est un fruit. Il parlait de la sorte, Georges, disait que les guerres sont finies et que les livres sont des amis communs à tous les hommes, des lieux où faire la paix. Des lieux d'égalité possible si on sait lire. Alors tu peux revendiquer tes racines en bloc, négritude, exil, pauvreté, descendant de victimes de l'esclavage et du colonialisme, flamezoute de toute éternité, c'est pas d'affirmer ta différence qui te rendra égal, ni de prendre les armes, c'est de te donner les moyens d'être aussi fort que n'importe qui. Par la matière grise.

Un grand merci aux éditions Phébus pour l'envoi de ce livre et le partage d'une belle histoire.

Publié dans Livres

Commenter cet article

Mimi 02/05/2016 16:02

Merci à toutes pour vos commentaires. Celui-là, je vous le conseille vraiment !!!

nell 02/05/2016 15:02

Celui-là m'est inconnu, Mimi, mais il y aurait tellement de livres à lire et c'est vrai que je manque de temps en ce moment avec les petits et le jardin qui m'accapare, sans parler du reste. Je garde le titre, on verra bien mais tu en parles si bien. Bises

CathyRose 02/05/2016 14:39

Je connaissais " Effroyables jardins " comme les autres , mais pas celui-là !
Celui-ci a l'air sympa aussi ... je note !
Belle semaine, bisous !
Cathy

sotis 02/05/2016 13:59

tu me donne envie de le lire ce bouquin, merci!!!! bisous

manou 02/05/2016 09:07

J'ai lu aussi comme Missfujii "Effroyables jardins" il y a quelques années déjà et il m'avait beaucoup touché. Je lirai celui-ci aussi, c'est sûr mais je ne l'ai pas encore fait.