Une vie bouleversée d'Etty Hillesum

Publié le

Partout où s'étend le ciel on est chez soi. En tout lieu de cette terre on est chez soi, lorsqu'on porte tout en soi.

Une vie bouleversée d'Etty Hillesum

C'est un voyage, un voyage intime qu'entreprend Etty Hillesum. Elle vit à Amsterdam et dans son journal, elle écrit, expose librement ce qu'elle vit, ses amours, ses pensées, ses choix. Etty est cultivée, libre, sensible, croyante, ouverte aux autres et juive. Malgré la tension extérieure en ces années 1941-1943, elle continue de croire en l'Humanité et en Dieu. Elle cherche le bien dans l'ignoble et refuse de condamner tout un peuple. Pourquoi haïr et choisir la solution la plus facile, la plus rebattue ? Elle sait déjà ce qui attend son peuple et elle-même...

Cette première partie est donc la quête spirituelle d'Etty qui se cherche dans le chaos du monde. Et sa quête passe par les mots dans lesquels elle cherche un abri, un refuge, mais aussi par la connaissance de Dieu.

La seconde partie de ce témoignage est constituée des lettres d'Etty. Cette partie est plus historique puisqu'elle nous fait découvrir le camp de Westerbork dans lequel elle travaille. Au début, elle peut en sortir et retourner dans la "vraie vie", mais bientôt elle y sera enfermée et partira pour Auschwitz. C'est là que la vie d'Etty s'arrêtera à l'âge de 27 ans.

Cette partie m'a beaucoup plus intéressée. On y apprend comment les Juifs des Pays-Bas survivaient avant leur transfert dans les camps d'extermination. C'est beaucoup moins personnel, quoique... Ses lettres sont pleines d'observation et d'empathie pour ses proches, jamais une plainte à son propos n'apparaît dans son discours. Elle possède en elle "une petite mélodie intérieure" qui lui permet de faire face à l'adversité et d'accepter son sort car "un moment vient où l'on ne peut plus agir".

Une belle rencontre forte et pleine d'humanité malgré le contexte.

En fait, je n'ai pas peur. Pourtant je ne suis pas brave, mais j'ai le sentiment d'avoir toujours affaire à des hommes, et la volonté de comprendre autant que je le pourrai le comportement de tout un chacun. C'était cela qui donnait à cette matinée sa valeur historique : non pas de subir les rugissements d'un misérable gestapiste, mais bien d'avoir pitié de lui au lieu de m'indigner, et d'avoir envie de lui demander : "As-tu donc eu une enfance aussi malheureuse, ou bien est-ce que ta fiancée est partie avec un autre ?"

Publié dans Livres

Commenter cet article

delphine 25/09/2015 16:30

Merci pour cette belle découverte
Bonne soirée

Bernieshoot 25/09/2015 14:58

un livre qi est chargé d'histoires et même d'Histoire

Mimi 25/09/2015 15:20

c'est avant tout son histoire et même ses pensées, ses observations, ses ressentis. Tout cela est plutôt d'ordre moral ou intellectuel.

Nell 24/09/2015 17:29

Bonjour,
Tant de vies brisées par cet odieux massacre. Je ne peux m'empêcher d'avoir les larmes aux yeux lorsque je pense et je vois tous ces nombreux reportages qui traite de ce sujet. Le livre doit-être poignant. Merci pour ce partage

Mimi 24/09/2015 18:23

Un autre journal, tout aussi marquant que celui d'Anne Franck et tout aussi touchant...

la nonna 24/09/2015 16:45

un livre que je vais me procurer...merci pour cette decouverte

Mimi 24/09/2015 18:22

Avec plaisir...

jean pierre mazille 24/09/2015 16:43

Manifestement un bon livre et un touchant témoignage. Que de vies détruites ! Ça fait beaucoup d'innocents à la fin dans le "point de détail".

Mimi 24/09/2015 18:21

Oui, donner de soi, parler, se confier (même si au départ on ne sait pas si Etty aurait publié son journal, elle voulait être écrivain) est toujours un partage émouvant, d'autant plus qu'elle le fait sans pathos.