Esprit d'hiver de Laura Kasischke

Publié le

Personne ne naît sans héritage.

Esprit d'hiver de Laura Kasischke

Quelque chose nous a suivis depuis la Russie jusque chez nous...

Cette phrase obsédante est le première pensée d'Holly à son réveil, en ce jour de Noël. Elle se remémore alors tous les moments partagés et évènements étranges survenus depuis treize ans, depuis l'adoption de leur fille à l'orphelinat Pokrovka n°2, en Sibérie. En ce matin de Noël, ce qu'elle aimerait aussi c'est avoir le temps d'écrire. Mais il n'en est pas question, les invités vont arriver et trop de choses doivent être préparées pour les recevoir. D'autant plus qu'ils se sont levés très tard ce matin et qu'Éric, son mari, est parti précipitamment chercher ses parents à l'aéroport. Seule Tatiana pourra l'aider.

Quelle étrange journée, cette phrase lancinante qui l'empêche de se mettre vraiment à l'œuvre, sa fille qui n'est pas encore levée et maintenant cette neige qui n'en finit pas de tomber. Mais bon sang, Tatiana pourrait l'aider au lieu de râler comme une ado insupportable. Qu'est-ce qui lui prend aujourd'hui ? Et voilà que peu à peu, les invités téléphonent et se désistent : trop de neige, routes bloquées. Quoi, quoi Tatiana, qu'est-ce qu'il y a encore ? Tu sais pourtant combien Holly t'aime. Tu es toute sa vie. Tu es toute son âme. Tu es tout ce qu'elle a toujours voulu, son enfant. Elle est allée te chercher si loin, toi la petite fille aux cheveux et aux yeux noirs, si belle, si parfaite. Alors quoi ?

Je viens de faire la connaissance de Laura Kasischke et ma foi la rencontre fut glaciale, comme il se doit dans ce huis clos. J'ai été transportée par cette atmosphère malsaine, par la douleur d'Holly, sa sensation d'abandon, son sentiment de frustration face à sa fille adolescente, par son désir d'être mère et briser la longue hérédité de la maladie féminine qui consume sa famille, et surtout par son incommensurable et envahissant amour pour Tatiana.
La tension est distillée de manière admirable avec des pauses de tendresse, de calme et de douceur, pour mieux monter d'un cran ensuite, comme le blizzard extérieur. Et si celui-ci est sublimé par la lumière et la blancheur de la neige, l'atmosphère intérieure, elle, devient incandescente.

Une première approche de cette auteure qui sera certainement suivie d'autres rencontres. Il paraît qu'elle est reine dans l'écriture de thrillers psychologiques et j'aime ça.

C'était la première fois également que "j'écoutais" un livre. C'était une expérience assez singulière. J’essayais d'écouter tant en faisant autre chose, et oui pour une fois mes mains ne portaient pas de livre, alors pourquoi ne pas faire du rangement. Mais impossible, mon rangement n'avançait pas, j'avais besoin de me concentrer sur l'histoire. Donc je restais assise et portée par la voix d'Irène Jacob, qui variait selon les personnages et leurs attentions, cramponnée à mon fauteuil, je suivais attentive et angoissée la montée du drame...

C'est dit, je préfère lire moi-même, même si je reconnais le talent certain de cette belle lectrice.

Publié dans Livres

Commenter cet article

zazy 13/09/2015 23:10

Je ne l'ai pas terminé, je me suis ennuyée

Mimi 14/09/2015 19:33

Merci pour ton éclairage.

zazy 14/09/2015 19:28

Je l'ai trouvé vain. Je n'aime pas le nombrilisme et c'est ce que j'y ai trouvé

Mimi 13/09/2015 23:20

Pourquoi ? Qu'est-ce qui te gênait ?

Caroline 30/08/2015 20:17

Il a l'air vraiment chouette ce livre !

Perso, je n'ai jamais testé de livres audio...

Mimi 30/08/2015 20:46

Un très bon thriller...