Un bonheur si fragile, tome 1 : l'engagement

Publié le

Un bonheur si fragile, tome 1 : l'engagement

Inscrite sur Babélio (réseau social dédié aux livres et aux lecteurs) depuis quelques années, j'ai la possibilité de recevoir quelquefois des livres gratuits en échange d'une critique. C'est ce que je vous propose de lire aujourd'hui à propos de ce roman de terroir québécois.

Voilà une histoire correcte et proprette.

Notre héroïne, Corinne, a toutes les qualités : jolie, économe, bonne ménagère, charitable, courageuse, responsable, vertueuse... Bref, elle serait assez ennuyeuse si elle n'avait pas un sacré tempérament qui lui fait lever le ton quand les circonstances s'imposent. Elle a du répondant face à son fainéant de mari et à sa belle famille aussi mesquine que roublarde.
On la suit au fil des jours et on apprend à la connaître face aux vicissitudes qu'elle rencontre. La vie dans le Québec rural au début du XXe siècle est rude. Elle est autant régie par la religion que par les saisons.

La lecture de cet ouvrage a un petit côté anthropologique. Il se lit facilement, mais pas passionnément. J'ai eu plaisir à (re)découvrir le parler québécois mais je ne poursuivrai pas les aventures de Corinne à travers les autres tomes de cette saga. D'ailleurs le mot "aventure" est ici mal employé puisqu'il n'y a guère de péripéties ou de rebondissements.

Mais comme moi aussi je suis correcte, je remercie Babélio et les éditions Kennes pour cette ballade québécoise.

- Bonjour Corinne. J'espère que je ne te dérange pas trop ?
- Bien non. Entre donc, l'invita la jeune femme.
- T'es bien fine, mais j'ai pas grand temps, fit le jeune cultivateur. C'est aujourd'hui que je fais boucherie. J'ai tué une vache et un cochon hier, et je dois les dépecer vite si je veux pas que la viande soit trop gelée.

Publié dans Livres

Commenter cet article